Le projet “Paddock Paradise” de la ferme Nos Pilif

Extrait de presse, La Dernière Heure : "

Extrait de l'article publié par la Dernière Heure

La Ferme Nos Pilif implantée à Bruxelles recevra une contribution de 38 500 euros par le gouvernrement bruxellois dans le but de construire un “paddock paradise” pour réunir chevaux, ânes et moutons dans un nouvel espace de vie ressemblant à leur habitat naturel. “ Nous pouvons observer un phénomène très positif sur le mental des équidés lorsqu’ils partagent leur lieu de vie avec d’autres espèces ” […]

Projet « Paddock Paradise » pour la ferme Nos Pilifs

Extrait de presse, La Capitale : "La ferme Nos Pilifs veut construire un "Paddock Paradise" pour les animaux

Extrait de l'article publié par La Capitale

Le gouvernement bruxellois soutient à hauteur de 38.500 euros , le projet « Paddock Paradise » de la ferme Nos Pilifs. Le but ? Offrir un nouvel espace aux chevaux, poneys, ânes et moutons, qui se rapproche le plus possible de leur habitat naturel.

[…] « Les animaux pourront profiter d’un environnement propice à leur bien-être et à leur santé. Ils seront, en effet, libres de se déplacer et de profiter d’un espace extérieur comme c’est le cas dans leur environnement naturel. Nous pouvons d’ailleurs observer un phénomène très positif sur le mental des équidés lorsqu’ils partagent leur lieu de vie avec d’autres espèces », déclare Bernard Clerfayt. […]

Fibru, le réseau de fibre optique en Région de Bruxelles-Capitale

Extrait de presse, L'Echo : "Bruxelles tient son réseau public de fibre optique"

La mutualisation des réseaux de fibre optique de six institutions bruxelloises va leur permettre de réduire les coûts de fonctionnement et de mettre 50% de la capacité à disposition de tiers publics et privés.

[…] Sous la houlette du ministre régional en charge de la Transition numérique, Bernard Clerfayt (DéFI),
tous les acteurs institutionnels concernés, à savoir Sibelga, Bruxelles Mobilité, la Stib, Vivaqua et le Port de Bruxelles, ont approuvé officiellement mercredi la mutualisation de leurs actifs au sein d’un guichet unique piloté par IRISnet, le premier pourvoyeur de fibre en Région bruxelloise. Ce réseau public mutualisé comprend au total 964 km de fibres et 1.030 km de gaines dont les capacités excédentaires pourront être vendues auprès d’acteurs publics et privés.

[…] «À Bruxelles, une ville qui se caractérise par une gestion éclatée, c’est une révolution copernicienne d’amener cinq institutions à travailler ensemble et à confier la gestion de leur réseau. La Région sera plus forte avec un réseau mutualisé qui va déboucher sur un déploiement et des frais d’entretien moins coûteux», se réjouit Bernard Clerfayt.

[…] Selon ses estimations, les revenus annuels générés par la commercialisation pourraient atteindre 2,5 millions d’euros à l’horizon 2030, en vitesse de croisière. «Ce ne sont pas des recettes incroyables. Mais ce qui compte vraiment, c’est l’effet de levier créé par la mise en service de cette infrastructure. Les opérateurs qui vont s’appuyer dessus vont générer bien plus de valeur que cela», affirme Bernard Clerfayt.

[…] Bruxelles entend aussi jouer un rôle de catalyseur pour le déploiement de la fibre, au bénéfice des habitants et des entreprises. «C’est un grand enjeu à Bruxelles où une partie de la population ne dispose pas d’une connexion à domicile en raison de prix qui restent trop élevés. Mais aussi pour nos entreprises qui ont besoin d’une connexion de qualité pour rester compétitives», souligne Bernard Clerfayt.

Budget Bien-être animal pour 2023

Extrait de presse, Supresse : "2,5 millions d'euros pour le bien-être animal à Bruxelles: un budget 2023 qui a quasi doublé depuis 2019"

Extraits de l'article publié par Sudpresse

Soutien aux communes, aux refuges, au secteur associatif, aux chercheurs… des moyens importants sont
débloqués à tous niveaux afin de garantir et améliorer la qualité de vie des animaux en Région bruxelloise.

[…] « La protection des animaux doit être une priorité. Il y va de notre vivre-ensemble et d'envisager une vie harmonieuse entre tous les êtres vivants en Région bruxelloise, qu'ils soient à deux ou quatre pattes, à plumes ou à poils », commente le ministre du Bien-être animal, Bernard Clerfayt (DéFI)

[…] « Depuis mon entrée en fonction, j'ai travaillé ardemment pour augmenter sensiblement les moyens dévolus au bien-être animal. Résultat : entre 2019 et 2023, le budget a augmenté d'un million d'euros pour atteindre 2,5 millions. Des montants indispensables pour améliorer la qualité de vie de nos animaux », explique le Ministre amarante.

[…] « Nous avons décidé d'augmenter tous les moyens dédiés à nos partenaires. Car le bien-être animal, c'est
l'affaire de tous. C'est en travaillant ensemble que nous pourrons continuer à avancer », conclut Bernard Clerfayt.

Primes de naissance

Extrait de presse, La Capitale : "Les couples homosexuels masculins auront aussi droit à la prime de naissance"

Extraits de l'article publié par La Capitale:

[…] À l’heure actuelle, la législation bruxelloise de 2019 prévoit en effet que les allocations et les primes de
naissance soient payées uniquement à la mère.
« C’est de la discrimination. C’est nier le fait que deux papas puissent aussi fonder une famille. Et donc c’est
une situation qu’il était urgent de changer », insiste le ministre bruxellois en charge des Allocations familiales,
Bernard Clerfayt, rédacteur du texte qui devrait être approuvé sous peu en séance plénière.

Interview de Bernard Clerfayt dans le cadre de l'émission « Le carrefour de l’info » sur Arabel FM

Interview de Bernard Clerfayt dans le cadre de l'émission « Le carrefour de l’info » sur Arabel FM

Bernard Clerfayt était, ce jeudi 3 novembre 2022, l’invité de l’émission « Le carrefour de l’info » sur Arabel FM. Voici un bref compte-rendu de cette émission dont vous trouverez ici le podcast.

La réforme des titres-services

Bernard Clerfayt a rappelé que le prix de base de 9€ pour un titre-service n’a plus changé depuis 2014. Les pouvoirs publics complètent de 13 euros pour un coût total qui avait été estimé à 22 euros. Aujourd’hui le coût réel du titre-service est de 27 euros. On aurait dû augmenter le prix du titre de 2 euros, avec un prix demandé à l’utilisateur de 10 euros, on continue à proposer un titre-service bon marché dans un système où la couverture sociale reste acquise pour les aide-ménagères. Les pouvoirs publics continuent à prendre en charge près des 2/3 du coût global.

Nous allons consacrer 1/3 de l’apport budgétaire, 5 millions, à améliorer les conditions de travail des aide-ménagères. Il s’agit de renforcer le financement du fond sectoriel de formation professionnelle. Beaucoup de femmes qui le souhaitent doivent pouvoir se réorienter. On va aussi prendre toute une série de mesures de type qualitatif pour mieux encadrer le métier, pour protéger les aide-ménagères des situations (marginales) de harcèlement. On prévoit aussi une évaluation objective de la charge de travail via une visite à domicile pour les nouveaux contrats.

Emploi en Région de Bruxelles-Capitale

Répondant à la question de la collaboration entre Actiris et le VDAB, le ministre souligne qu’en Flandre on est presque au plein emploi. En périphérie les emplois sont à pourvoir et nous avons des bras en Région bruxelloise. La collaboration VDAB-Actiris permet de proposer une formation sur-mesure pour les emplois existants en Flandre. 1700 travailleurs chaque année signent un contrat pour travailler en Flandres, nous voulons arriver à 2000.

Contrôle des ASBL communales

En général ces ASBL sont bien gérées. Mais il y a eu des dérives, il faut donc des exigences de transparence quant à la manière dont le contrôle s’opère. J’ai aussi voulu adapter ce contrôle en fonction de l’importance des ASBL. Pour les grandes ASBL un contrôle par les services régionaux est requis.

Les Futurs de Bruxelles

Depuis longtemps, les intervenants dans le débat public y vont de leurs propositions quant à l’avenir institutionnel de la Région. Il est vrai que les institutions bruxelloises sont complexes dès lors que l’on en observe de près le fonctionnement.

Le projet est de mesurer les attentes des bruxellois vis-à-vis des institutions régionales. Le processus passe par une phase de consultation via un échantillon représentatif de la population, construit selon des critères sociodémographiques. Des questions seront soumises aux participants, il s’agit d’un processus encadré par un groupe d’experts.

Ensuite viendra la phase d’échanges avec les acteurs institutionnels et organisations représentatives. Les recommandations compilées par les experts seront soumises au parlement qui pourra se prononcer sur les meilleures recommandations pour simplifier le fonctionnement des institutions bruxelloises.

Soutien aux communes bruxelloises

Extrait de presse, L'Echo : "Quatorze millions d’euros en sus pour soutenir les communes bruxelloises"

Extrait de l'article publié par L'Echo

Face à la crise énergétique, la Région bruxelloise va augmenter sa dotation générale aux communes.

[…] Le gouvernement bruxellois a donc donné son feu vert, ce jeudi, à une aide supplémentaire de 14 millions d’euros pour les 19 communes de la capitale, a annoncé le ministre des Pouvoirs locaux Bernard Clerfayt (DéFI)

[…] Chaque commune sera prochainement informée du montant qui lui sera attribué. Elles pourront ainsi élaborer leurs prévisions budgétaires et «s’adapter au mieux aux conséquences de la crise», explique Bernard Clerfayt.

Titres-services

Extrait de presse, L'Echo : "À Bruxelles, un titre-service coûtera 10 euros"

Extrait de l'article publié par L'Echo

Le ministre de l’Emploi bruxellois, Bernard Clerfayt (DéFi), et ses collègues du gouvernement régional se sont accordés ce jeudi sur la réforme de la politique des titres-services dans la capitale.

Avec deux grands axes au menu, conformément à l’accord de majorité. D’une part, garantir la pérennité d’un
système dont le financement dérivait dangereusement au gré des indexations de salaires. D’autre part,
améliorer les conditions de travail. Le tout en maintenant l’emploi dans un secteur qui occupe 27.000 personnes
dans la capitale, dont une majorité écrasante de femmes (97%).

De 9 à 10 euros par titre

Depuis 2016 en effet, quand la Région a repris la gestion des titres-services, le prix pour le grand public n’avait pas changé. Or, les deux tiers du prix réel d’un titre sont à charge des finances publiques. Indexations successives obligent, et puisqu’on n’avait pas touché au prix utilisateurs, la charge pour le budget bruxellois a augmenté de 35% en six ans, passant de 13,04 à 17,59 euros pour chacun des 16 millions de titres émis chaque année à Bruxelles.

[…] Selon les projections, à utilisation égale (16 millions de titres-services émis par an) et vu les prévisions d’inflation, ces mesures devraient permettre d’éviter une charge supplémentaire de 18 millions d’euros pour le budget bruxellois en 2023. Au total, 250 millions d’euros seront consacrés à la politique de titres-services, soit un quart du budget emploi de la Région.

«Tout le monde peut comprendre que tout augmente, même ça. Cette réforme était inévitable vu la hausse des
coûts», explique Bernard Clerfayt, qui juge le nouveau montant équilibré: «En fixant le prix à la barre
symbolique de 10 euros, nous répercutons la moitié de l’inflation sur l’utilisateur.»

Autre volet de la réforme sur lequel insiste le ministre amarante: l’amélioration des conditions de travail des
aides-ménagères. «Certaines femmes vivent des situations très désagréables, avec du dénigrement et parfois
aussi du harcèlement. Il faut mieux les protéger.»

[…] Quant aux entreprises, elles devront proposer des contrats de minimum 20h de travail par semaine, la
transparence sera exigée sur les frais complémentaires et une partie devra revenir aux aides-ménagères. Les
contrôles dans le secteur seront renforcés. Au total, un budget de 5 millions d’euros a été dégagé pour financer
ces politiques de bien-être.

[…] «Nous répercutons la moitié de l’inflation sur l’utilisateur », ce qui est équilibré, estime le ministre de l’Emploi Bernard Clerfayt (DéFi).

"Les Futurs de Bruxelles"

Extrait de presse, La Capitale : 1000 citoyens consultés sur "Les Futurs de Bruxelles".

Extrait de l'article publié par "La Capitale"

[…] Des citoyens bruxellois seront consultés au cours des prochaines semaines et prochains mois sur la manière de mieux structurer les pouvoirs et institutions de la Région-capitale, a annoncé mardi le ministre bruxellois des Pouvoirs locaux, Bernard Clerfayt (DéFI).

Celui-ci a été mandaté par le gouvernement régional pour interroger les citoyens bruxellois, premiers touchés
par le fonctionnement de leurs institutions, mais également les acteurs concernés par les thématiques qui
seront abordées, en lien avec le fonctionnement de la Région centrale du pays. […]

Budget 2023

Extrait de presse, La Dernière Heure : "Bruxelles boucle son budget"

Extrait de l'article publié par la Dernière Heure

[…] Elke Van den Brandt et Bernard Clerfayt pourraient compter sur 10 millions d’euros chacun pour poursuivre, l’une le déploiement de son plan Good Move, l’autre la formation et la mise à l’emploi des Bruxelloises et Bruxellois infraqualifiés.
Rappelons enfin que, à l’instar de la mesure prise par la NVA au niveau flamand, la majorité socialiste, écologiste et DéFI a décidé de geler l’indexation des loyers pour les passoires énergétiques, c’est-à-dire les logements avec les plus faibles niveaux PEB. Une mesure annoncée fin de semaine dernière et dont la gestation a été particulièrement douloureuse : le long blocage de DéFI laissant, ici aussi, apparaître de profondes fractures au sein de l’exécutif régional.